Quand vous serez vieille,au soir à la chandelle,
Assise près du feu,dévidant et filant
Direz chantant mes vers,en vous emerveillant:
"Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle".:

Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre,et fantome sans os
Par les ombres myteux je prendrai mon repos;
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez,si vous m'en croyez,n'attendez pas à demain:
Ceuillez dès aujourd'hui les roses de la vie

Pierre de Ronsard